Lâcher-prise, mode d’emploi !

Lâcher-prise, mode d’emploi !

Lâcher-prise … Mode d’emploi !

Le Larousse définit le lâcher-prise comme le « moyen de libération psychologique consistant à se détacher du désir de maîtrise ».

Mouais mouais, mais encore ?

Vous êtes-vous déjà entendu dire : « allez, maintenant lâche-prise ». Le message derrière ce terme étant plutôt « calme-toi », « reste zen ».

Derrière « lâcher-prise » il y a bien plus qu’un besoin de se détendre et se relaxer ? Certes il est très important de se relâcher corporellement, émotionnellement et mentalement pour vivre les événements du quotidien au mieux. Et ce n’est certainement pas la Sophrologue et Coach que je suis qui vous dira le contraire.

Pourtant « lâcher-prise » c’est également cette nécessité à un moment donné d’A.C.C.E.P.T.E.R ! Accepter ses propres limites, accepter une situation ou les événements tels qu’ils se présentent. Bien ou moins bien, à un moment donné il est essentiel de laisser une place à ce qui est, tel qu’il se présente et sans lutter contre.

Plus facile à dire qu’à faire, me direz-vous ? Certes, vous avez bien raison. Pourtant, qu’est-ce que ça vous coûte d’essayer pour une fois ? Nous ne sommes pas des super-héros, nous avons tous, et je dis bien TOUS, nos limites. Mais au-delà de ces limites nous avons aussi TOUS de multiples ressources. Lorsque je lâche-prise, je m’accepte tel que je suis et j’accepte également les choses qui m’arrivent telles qu’elles sont. C’est un peu comme une mise au point sur mes limites et mes ressources. En adoptant une vision plus claire et précise de mes limites, je prends aussi conscience de mes nombreux potentiels. Et si je m’active à développer mes ressources, je ne suis pas à ressasser mes limites. Je ne les oublie pas, elles sont juste estompées par mes ressources que je vais valoriser.

En résumé, pour lâcher-prise : je me relâche physiquement et je relâche la prise sur les limites que je m’impose. Je m’accepte tel que je suis avec mes limites et mes nombreuses ressources.

Et vous vous en pensez quoi ?

Allez chiche, dès le prochain événement contrariant – par exemple, vous renversez votre café, vous loupez votre bus, un(e) collègue passe sans vous dire bonjour – faites le point sur la scène (quelques secondes suffisent) et répétez-vous d’accepter les choses telles qu’elles sont aujourd’hui, lâcher la prise sur votre colère, votre agacement, votre contrariété … et poursuivez votre journée à la recherche des merveilleuses petites choses qui sont également présentes.

“C’est l’entrainement sur des petits événements qui nous prépare pour les plus grands.”

Hélène Coutand – Sophrologie & Coaching – Je vous accompagne sur la voie de votre développement personnel et professionnel. 

Laisser un commentaire